Novancy One Team Pas de commentaire

réalisé par : Amine RHAZLI

Une crise économique verra le jour au cours et après la fin de la pandémie, ce virus n’a pas seulement nuit à la santé humaine mais également à son économie. Le FMI a annoncé que la croissance mondiale sera en rouge, la directrice du FMI a révélé que ce virus impactera considérablement l’économie mondiale, sans avancer de chiffres ou de statistiques.

L’ampleur économique et social dépassera largement de ce qui a été prévu, les premières victimes sont les travailleurs. En effet le temps du travail avait baissé dans ce premier trimestre, l’organisation international du travail « OIT » a estimé une chute de 4.5 d’heures de travails pendant la même période de l’année précédente.

La dégradation de l’emploi est due spécialement aux mesures strictes de confinement, 64 pays ont adopté des stratégies de confinement soit des fermetures obligatoires ou recommandées la part de l’État.

La crise actuelle aura des conséquences sur plusieurs secteurs d’activité, au Maroc se sont 4 millions d’emploi qui se sont en dangers soit 30% à 40% dans le milieu urbain.

Parmi les secteurs les plus touchés, on constate le secteur de tourisme souffrant par la fermeture des frontières, le textile et l’habillement, l’automobile, l’aéronautique … dont l’export a fortement chuté.  Le tout sur fond de baisse de la demande local et arrêt de l’export.

Évidemment cette situation touchera les revenus de l’Etat notamment la baisse d’impôt liées à la consommation les taxes, la TVA, l’IR …etc. S’y ajoute une baisse l’investissement de l’Etat dans les secteurs productifs.

Avec la propagation de la pandémie en Europe, ainsi qu’une sécheresse et une mauvaise pluviométrie, l’économie marocaine devrait souffrir de l’impact considérable de COVID. Le PIB reculera en négative, en outre le  budget générale connaîtra également une baisse suite à la diminution des revenues, et par conséquent un déficit budgétaire qui s’explique principalement par les dépenses sociales et sanitaires.

Pour faire face à la pandémie, plusieurs pays ont mis en place des stratégies de sauvegarde de l’économie, le Maroc a été parmi les premiers par la création d’un fond pour gérer la crise ainsi l’instauration d’un comité de veille économique. 

Parmi les mesures phares prises au Maroc, on souligne le plan d’aide financière de soutien des ménages impactés par les mesures prises dans le cadre de l’État d’urgence, en plus du moratoire sur les échéances de crédits de consommations et de l’immobiliers. 

 Ce fonds spécial devra servir au soutien de l’économie nationale, il est censé de donner un nouveau souffle au secteur les plus touchés notamment le secteur touristique, ainsi qu’en matière de préservation de l’emploi et d’atténuation des répercussions sociales.