Un recrutement qui échoue couterait à une entreprise entre et 36 fois le salaire mensuel brut du collaborateur concerné.

Pour illustrer ces propos, une SSII qui recrute un profil Ingénieur d’Etat en Système d’Information, accuserait les pertes suivantes en cas de mauvais recrutement :

  • Pour un Ingénieur fraîchement diplômé : 33 KDhs
  • Pour un Ingénieur confirmé (2 ans d’exp.) : 43 KDhs
  • Pour un Team Leader (5 ans d’exp.) : 52 KDhs
  • Pour un Directeur de Projet (8 ans d’exp.) : 62 KDhs

Comment se chiffre un mauvais recrutement sur l’entreprise ? 

Dans la pratique, le chiffrage pourrait s’effectuer en prenant en compte les impacts directs et indirects suivants. Pour certains, les pertes dépassent largement les chiffrent indiqués ci-dessous :

  • Perte de productivité des collaborateurs
  • Impact sur la qualité des travaux
  • Perte de temps et d’argent consacrés aux étapes de recrutement et de formation
  • Répercussions négatives sur le moral des employés
  • Détérioration des relations avec les clients et/ou perte de contrats
  • etc.

Pour quelles raisons ?

Par ailleurs, les raisons les plus souvent évoquées par les entreprises, pour expliquer une mauvaise décision de recrutement sont :

  • Il fallait immédiatement pourvoir ce poste ;
  • Le candidat n’a été soumis à aucun test d’aptitudes approprié ;
  • Les références de l’employé n’ont pas été vérifiées ;
  • etc.